Accueillir une parole,
ce n’est pas rien…

 

 

Visionnez le documentaire télé sur cette démarche originale

Il faut être prêt à en entendre des histoires, à recevoir toutes sortes de mots, de malaises, et bien d’autres choses encore. Cela peut faire peur, et c’est normal. Puis vient la question de l’après : que faire de cette parole ? La garder, la classer, la ranger, l’étudier, l’enterrer ?

 À Laisse Ton Empreinte, nous avons choisi de la retourner à la personne. Non seulement nous lui retournons, mais nous la structurons et nous ajoutons notre regard, bienveillant. Bien sûr, il faut que la personne valide ce regard porté sur son histoire. Au final elle en garde une trace valorisante, une empreinte dont elle est fière et qu’elle pourra partager avec d’autres.
Au départ, ce fut par le biais de chansons, que les personnes interprétaient elles-mêmes. Ce support étant difficilement transférable aux professionnels non musiciens, les chansons sont de fil en aiguilles devenues des livrets (qui ont produit les mêmes effets de revalorisation de soi, de son histoire, de prises de conscience, de changements…).
Les « traces » que nous proposons ont une dimension artistique essentielle, qui permet de :
– passer d’un cadre intime, où il se dit des choses personnelles fortes, qui ne regardent que nous, à quelque chose d’ouvert sur l’extérieur, qui nous relie à l’autre
– sans perdre l’âme, la force, la singularité du témoignage
– émouvoir, toucher l’autre dans sa part d’humanité et d’empathie.
Tout cela pose quelques questions certes, en termes de posture, de cadre à poser, de légitimité de l’intervieweur, de contractualisation à passer avec la personne. Mais les effets produits sont parfois étonnants… et reconnectent par la même occasion chacun à sa part de créativité.