Voyage au cœur du malaise adolescent…

Ce film d’animation mêle un personnage fictif -le Pr Zoulouck- et des témoignages émouvants de jeunes qui interpellent les adultes (sur les limites, l’exemplarité, le manque de soutien, le besoin d’aide…), de parents et de professionnels qui leur répondent ou s’interrogent.

 

Des témoignages de jeunes, parents et professionnels

Avant tout, ce qui a été frappant dans cette enquête, c’est l’immense besoin de parole des jeunes. Nous avons été stupéfaits de voir à quel point ils s’emparaient tous de l’espace, individuel, qu’on leur tendait pour dire des choses essentielles de leur parcours.
Quand on recoupe les témoignages des jeunes, des professionnels et des parents interviewés, c’est finalement une véritable demande éducative qui émerge de part et d’autre.

En effet, que nous disent les jeunes dans leur majorité ?
«Vous ne nous protégez pas assez, vous ne nous parlez pas assez, vous ne nous écoutez pas, vous ne nous reconnaissez pas ! Et puis aussi, donnez-nous le bon exemple !».
Et les professionnels ?
Ils témoignent avec force du malaise des jeunes, de leur manque de confiance en eux. Ils n’ont bien souvent pas d’autre échappatoire que de se tourner vers le groupe pour se protéger. Mais les professionnels témoignent également de leurs ressources, potentiels, énergies fabuleuses mais difficiles à canaliser.
Les parents ?
Ils veulent le meilleur pour leurs enfants, mais… c’est plus facile à dire qu’à faire ! Comment construire l’autonomie ? Comment produire de l’émancipation ? Comment trouver la juste distance par rapport aux droits et devoirs alors que nous-mêmes ne sommes pas toujours au clair avec ces questions ? Idem pour la question de la confiance : «pour leur donner confiance en eux, il faudrait déjà que nous ayons confiance en nous !». Même chose sur notre rapport à la frustration…

Quelques témoignages

Parlez avec vos enfants, faites attention à eux, ne les laissez pas s’enfermer dans le silence. Sans quoi, après, c’est le shit ou le groupe qui risque de prendre le relais avec tout ce qui va avec...

Un jeune de 23 ans

Les stops, les limites, nous les jeunes, on en a besoin. Tous seuls, on part en vrille. A la maison, depuis que mon beau-père est parti, j’ai plus de stops, et donc je me suis mis à traîner, à faire n’importe quoi.

Un jeune de 14 ans

Faut pas nous juger par notre façon de nous habiller. Parce qu’on peut avoir une capuche, un survêtement Lacoste, des baskets et être des gamins gentils dans le fond.

Un jeune de 14 ans

Nos enfants, ils ont tout sur un plateau, ça ne suffit jamais ce qu’on leur donne, ils essaient de commander, montent sur leurs grands chevaux, alors je rentre dans leur jeu, je m’énerve trop, et je réagis comme un ado... Du moins c’est ce que dit ma femme...

Un père

En cas de conflit, la difficulté pour l’adulte c’est parfois de reconnaître qu’il a tort. C’est pas facile d’avouer que l’ado peut avoir raison dans ce qu’il nous reproche. Et puis personne ne détient la vérité dans un conflit, elle se situe souvent entre deux.

Une mère

Les jeunes sont durs entre eux et en même temps, on constate beaucoup d’entraide, d’échanges, de solidarité. On a l’impression qu’ils se construisent entre eux, dans un monde parallèle, un peu à la va-comme-je-te-pousse.

Un professionnel

Les jeunes ne sont pas terminés à l’adolescence, ils sont en mode open, en mode réception. Ils captent tout, prennent tout ce qu’il y a à prendre. Malheureusement, les adultes fuient leur rôle d’adulte, ils ont du mal eux-mêmes à se tenir, à se contenir.

Un professionnel